Des chaussures neuves sans ampoules, c’est possible ?

les chaussures, talons, femme

Dans la boutique, ces talons de 10 cm m’allaient nickel. Mais après une journée de marche…

Avant de les mettre. On vaporise une mousse assouplissante (Shoe Eze, 12,95 euros le flacon de 50 ml, grande surface) sur et dans la chaussure et on les enfile aussi sec, pour que le cuir se dilate. Bizarre comme sensation, mais c’est efficace.

Le 1er jour. Pas plus de 5 h d’affilée et on prévoit une paire de rechange. Pour les chaussures fermées en toile ou en cuir, c’est mieux de mettre des mi-bas ou collant fin, ou mieux des chaussettes en coton. Voire, pour les plus sensibles, une paire imprégnée de gels d’épithélium (chaussettes multi-protections, Epitact, 29,95 euros). Pour bien supporter de nouvelles sandales, on se talque le pied ou on applique une crème anti-frottement qui crée un film protecteur entre la chaussure et la peau (crème Nok d’Akiléïne, 8 euros les 50 ml). Si on porte des talons, on achète des demi-semelles adhésives et antidérapantes qui empêchent le pied de glisser et donc de frotter (Shopping et Dancing de Scholl, 8,50 euros).

La 1re semaine. Pas d’ampoules ? Ce n’est pas une raison pour porter nos chaussures deux jours de suite. Si elles sont encore serrées (risque d’ampoule au niveau du contrefort ou des orteils), on achète des embauchoirs (chez le cordonnier ou en grande surface, entre 15 et 30 euros) pour le cuir, ou on les bourre de papier journal, pour la toile. Si elles sont un peu grandes (risque d’ampoule au niveau du tendon d’Achille), on peut les faire rétrécir : pour la toile, avec un lavage en machine à 40 °. Pour le cuir, en les emportant chez le cordonnier (10 euros).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.